Tresse, fluoro et nœuds de raccord… Comprendre pour bien débuter

Par Jérôme Poiret

Quelle tresse acheter pour mon combo? Fluorocarbone ou bas de ligne d’acier? Quel nœud de jonction? Quel diamètre de fluorocarbone utiliser pour éviter la coupe?
Telles sont les questions qui reviennent en boucle parmi les néophytes qui ne savent plus trop où donner de la tête.

Pour commencer il est important de rappeler que le choix d’un diamètre de tresse ou de bas de ligne doit se faire conformément à la canne et aux leurres utilisés, et non en fonction d’un hypothétique brochet qui viendrait se joindre à la fête.
Quand on pêche la perche on pêche la perche, quand on recherche le brochet on recherche le brochet, de même que quand on traque le bass on traque le bass.
Je pourrais continuer en citant l’ensemble des carnassiers mais au bout d’un moment ça risque d’être lourd.
Il faut juste comprendre que de la même manière qu’on ne taquine pas le goujon en 30/100, on ne pêche pas la perche en 70/100 ni le brochet en 20/100.
Même si dans la pratique il est parfaitement possible de prendre un brochet sur du fil fin et inversement une perche sur du fil épais.
Tout étant simplement question d’optimiser ses chances de déclencher une attaque et de mettre au sec son fish.

COMMENT BIEN CHOISIR SA TRESSE :

La tresse est aujourd’hui préconisée par une majorité de leurristes pour sa solidité, son absence d’élasticité et sa capacité à retransmettre la moindre touche.
Ne pêchant qu’en tresse je ne m’étendrais pas sur une comparaison tresse/nylon/fluoro.
4 ou 8 brins, chacun choisira son camp en fonction de ses attentes et de son budget.

  • La 4 brins est généralement moins chère et plus résistante à l’abrasion. En contrepartie elle glisse moins bien dans les anneaux rendant les lancés moins efficaces.
  • ‎La 8 brins est donc plus onéreuse et plus fragile notamment sur les faibles diamètres. En revanche elle est plus résistante à la traction à diamètre égal et sa glisse est parfaite.
    Vous comprendrez que la 8 brins présente de meilleures qualités techniques, mais je dirais sans prendre de risque qu’il vaut mieux investir dans une bonne 4 brins que dans une mauvaise 8 brins.

Chaque canne possède une puissance exprimée en lbs qui correspond à sa capacité à résister à une tension.
Pour une canne indiquant 8/16lbs, on choisira idéalement une tresse dont la résistance est comprise entre ces deux valeurs afin d’éviter de fragiliser le blank en cas de violent rush suivi d’un blocage du frein par exemple. Ce qui n’arrive que très rarement mais il y a toujours des poissards.
Lorsqu’on a plutôt tendance à tirer sur sa plage basse, on réduit légèrement la résistance et donc le diamètre de la tresse, et inversement.
Ayant la chance de détenir un combo pour chaque usage, j’opte souvent pour la résistance max car je privilégie la plage haute, et dans ce cas je choisirais une tresse en 16lbs ou très légèrement supérieure.
D’ailleurs je ne conseillerais pas d’utiliser une tresse de moins de 12lbs pour une 10/30grs.
Je ne me fie donc pas au diamètre en centième de la tresse qui ne veut plus rien dire, sachant qu’on se rend vite compte qu’en fonction des marques la tresse est plus ou moins épaisse pour un même diamètre.
Pour ceci mieux vaut se baser sur la norme Japonaise exprimée en PE, bien plus régulière.
Toute canne présente également une puissance exprimée en grammes traduisant sa capacité à lancer aisément un poids à une certaine distance.
Une canne 10/30grs, qui sera d’ailleurs souvent plus ou moins une 8/16lbs, pourra donc aisément lancer des leurres compris dans cette plage.
Il sera en revanche plus difficile de lancer loin et de manière précise un leurre plus léger ou au contraire plus lourd, que nous peinerons également à animer correctement.
Je précise qu’il y a souvent une petite tolérance sur la plage haute permettant d’utiliser des leurres un peu plus lourd, mais très rarement sur la plage basse.
Certaines fiches techniques de cannes font également état d’une autre mesure en gramme plus importante (Max 60gr par exemple), indiquant le poids toléré en pêche verticale ne nécessitant aucun lancer.
Lorsqu’on utilise une tresse de 8 à 16lbs sur une 10/30grs avec des leurres compris dans cette plage de puissance, le diamètre parfaitement adapté de la tresse limitera la prise au vent ainsi que la résistance à l’eau, ce qui aura plusieurs effets :

  • Des lancers plus longs et précis.
  • Une descente du leurre dans l’eau moins freinée et une animation plus naturelle.

BAS DE LIGNE ET NOEUD DE RACCORD :

Il est plus que déconseillé de relier directement sa tresse au leurre pour plusieurs raisons :

  • Ça fait du “bruit” dans l’eau.
  • ‎Ça provoque une rigidité pouvant avoir des conséquences néfastes à la touche, au ferrage et en combat pour lesquels il est nécessaire de garder un peu d’élasticité.
  • Ça n’est absolument pas résistant aux dents de brochets et autres obstacles abrasifs.
  • ‎Et accessoirement ça manque un peu de discrétion.

Il est donc nécessaire d’opter pour une pointe additionnelle, pour ma part en fluorocarbone hard, que je conseille vivement de relier à la tresse par un nœud FG (FG KNOT), et ce quel que soit le diamètre de tresse ou de fluoro utilisé.
Relativement difficile à mettre en oeuvre, il apporte à mes yeux tant d’avantages s’il est bien réalisé que je ne m’en passerais plus.

Gardons l’exemple de la 10/30gr sur laquelle nous adaptons une tresse de 16lbs.
Je commencerais par lui adjoindre une pointe de fluorocarbone de plus ou moins 2m en 30 à 33/100 max, reliée à la tresse par ce nœud FG.
Pourquoi 33/100 max? Parce que mon 33/100 fait 16lbs et qu’il est important que la résistance du fluoro n’excède pas celle de la tresse afin de pouvoir profiter de l’avantage principal du nœud FG.
En effet, cette ligature a la particularité d’être plus résistante que tout autre nœud lorsque la tresse est plus puissante que le fluoro restant parfaitement droit sans aucun coude ni nœud.
La tresse formant simplement une “chaussette” finalisée par quelques clefs autour du BDL, maintenue par une butée formée au briquet sur le fluoro en fin de réalisation.
Ainsi, en cas d’accrochage sévère ou de prise de poisson démesuré, le nœud reliant le fluoro au leurre cassera avant le FG DANS 90% des cas.
L’intérêt étant de pouvoir casser à plusieurs reprises au fil des sessions sans avoir à changer son BDL.
Le FG KNOT est également la ligature la plus fine qui existe pour un passage optimum dans les anneaux, y compris avec des diamètres relativement élevés.
Ce qui est indispensable pour assurer une glisse parfaite dans les anneaux lorsqu’on met 2m ou plus de bas de ligne.
Nous en arrivons à la fameuse question, “Pourquoi un bas de ligne aussi long?”
Et bien cela présente un triple avantage en plus d’une certaine discrétion.

  • Ça permet de refaire son nœud d’agraphe ou de casser plusieurs fois sans changer son BDL.
  • Ça limite très fortement le risque d’abrasion de la tresse en cas de pêche dans le cover ou en zone d’enrochement. Limitant ainsi l’un des désavantage de la tresse 8 brins.
  • Ça crée une certaine élasticité lors de la touche, au ferrage et durant le combat, afin de limiter les décrochés ou les casses soudaines.

Lorsqu’on pêche exclusivement le Bass, le Sandre, le Bar ou la Perche par exemple, le diamètre du BDL n’a aucun besoin d’être plus imposant et notre 30 ou 33/100 suffit amplement.
En revanche, si nous recherchons spécifiquement le brochet sur un spot où il est bien représenté, il suffira d’ajouter via un nœud albright un petit bdl de 20/25cm max en fluoro 50 à 60/100, ni plus ni moins car la différence de diamètre sur une jonction fluoro/fluoro doit rester raisonnable sous peine d’être fragilisée par le phénomène de friction.
Qui plus est opter pour un diamètre plus gros risquerait de brider sérieusement la nage des leurres qui restent de “petite” taille dans cette plage de puissance.
Certains préférerons un bdl d’acier ou titanium relié par un petit émerillon baril, et ils n’auront pas tort car il sera plus résistant à la coupe, généralement plus souple, et son diamètre plus fin bridera moins la nage du leurre.
A contrario il sera beaucoup moins discret mais c’est le brochet que nous recherchons dans ce cas et il n’est pas le plus regardant.

L’exemple donné pour une 10/30gr s’applique à toutes les puissances de cannes du moment que l’on respecte les règles décrites ci-dessus.
Sur une 5/21gr, une fois choisie la tresse adaptée à la résistance de la canne, nous essaierons du 28 ou 30/100 relié à un BDL fluoro 45 à 55/100 max, titanium ou acier.
Sur une 20/60gr, nous opterons pour une pointe en 35 à 40/100 avec un BDL fluoro de 60 à 70/100, titanium ou acier.
Sur une 30/100gr, du 40 à 45/100 avec un BDL fluoro en 70 à 80/100, titanium ou acier.
Ça se complique pour les cannes moins puissantes qui ne sont généralement pas destinées au brochet et il sera trop fragile d’opter pour une jonction fluoro/fluoro en 20 ou 25/100.
Cependant ceux qui veulent se faire plaisir en pêchant le pike sur une ML 3.5/14gr accompagnée d’un fluoro de 25 à 28/100 par exemple, pourront toujours faire une jonction avec un BDL Titanium assez fin, voir relier un BDL fluoro à un petit émerillon baril.
En dessous de cette puissance j’estime qu’on ne recherche pas le brochet et qu’il faut savoir accepter une coupe.
D’autant que l’action des leurres serait trop affectée par un bas de ligne superflux.
Ainsi, de 0,5 à 7gr nous mettrons simplement une pointe fluoro de 2 à 4m d’un diamètre de 16 à 23/100 max.
Et pour une 2/10gr nous opterons pour une pointe de même taille de 20 à 25/100.

JONCTION FLUOROCARBONE/LEURRE :

Pour joindre son leurre au BDL final, toutes les possibilités sont offertes et chacun fait comme il l’entend.
Certains sont hermétiques aux agrafes ayant tendance à influer légèrement sur la nage du leurre, voir à présenter un risque d’ouverture sur un gros poissons.
Certains parlent même de discrétion, mais si l’agrafe n’est pas disproportionnée ça n’est pas moins discret que les deux hameçons triples qui ballottent sous un leurre dur, ou qu’une vulgaire tête plombée couleur plomb.
Personnellement je suis du genre à changer de leurre toutes les 10 minutes.
Afin de ne pas refaire un nœud à chaque changement j’use d’agrafes adaptées au diamètre de mon BDL, et donc généralement à la taille de mes leurres.
Jusqu’au 45/100 je relie mon agrafe par un nœud palomar.
Au dessus j’opte pour un simple nœud en 8.

CONCLUSION :

Vous l’aurez compris, la pêche aux leurres nécéssite une réfléxion adaptée aux diverses situations rencontrées.
La discrétion, la solidité et la résistance à la coupe sont souvent mises en avant pour justifier ses choix, mais c’est au final bien plus complexe que ça quand on veut optimiser sa pêche.
Retenez simplement que quelques heures de pratique pour maitriser le noeud FG, le Albright, le palomar, le noeud en 8 et quelques autres subtilités, suffiront à vous simplifier la pêche pour les années à venir.

N’hésitez pas à me faire part de vos retours, conseils ou critiques bien senties. Bonne pêche à tous et faites nous de beaux fishs.



Commentaires

Ca pourrait vous intéresser